Activités Culturelles

evenements

L’Espace El Doggo se veut être une réelle alternative à ce que l’on peut nommer la « culture de grande distribution » trop aseptisée, trop normée.

————————–
Fi de l’uniforme et du généraliste et place à la création.

————————-
Concerts, soirées débats, conférences, expositions, dédicaces…, le programme est ici


Les événements passés sont consultables ici pour les nostalgiques.

 

Communiqué du 3 septembre 2021

Bonjour à tou(te)s,

C’est un jour que nous n’aurions jamais voulu vivre car nous sommes dans l’obligation de faire une annonce que nous n’aurions jamais voulu faire : le Doggo ne rouvrira pas ses portes au 22 rue de la loi…

Pourquoi ? Est-ce que le COVID qui nous a tué ? NON

En effet, les aides qui s’éteignent en cette fin de mois d’août nous ont permis, bon gré mal gré, de tenir et nous aurions pu rouvrir dans des locaux sains. Ce qui nous contraint aujourd’hui à quitter ce lieu est dû aux actions de notre bailleur qui est également propriétaire de tout l’immeuble situé au 22 rue de la loi.

Comme vous le savez tou(te)s, le Doggo a été victime depuis 2018 de multiples dégâts des eaux et inondations (notamment dans sa salle de concert).

Ces sinistres sont dus à une conduite d’évacuation des eaux pluviales/eaux usées de tout l’immeuble qui passe par la salle de concert et fait régulièrement « eaux de toutes parts ». Nous avions identifié le risque depuis notre début d’activité en 2014 et l’avions signalé au propriétaire sans aucune action de sa part.

En 2018, après le premier dégât des eaux, le bailleur a enfin accepté de faire des travaux ; travaux non suffisants puisque nous avons subi un deuxième sinistre, puis un troisième, puis un quatrième, etc…

Depuis cette date, malgré les rapports d’experts et nos multiples relances, le propriétaire n’a jamais fait de travaux réellement curatifs et aujourd’hui, un constat d’huissier établi en août 2020 (il y a un an donc), atteste que le taux d’humidité est de près de 80% dans la salle de concert, de près de 60% dans la salle du rez-de-chaussée, que de nombreuses traces de moisissures sont présentes partout et qu’il règne « une très mauvaise odeur avec des relents de moisissures et d’eaux usées ».

Les locaux sont donc très clairement impropres à vous recevoir à nouveau…

Ce constat fait, nous avons fait, à nouveau, appel à un avocat pour qu’il informe le bailleur et lui demande de trouver une solution. Après un long silence, ce dernier a répondu, en octobre 2020, en nous envoyant un huissier pour réclamer les loyers non payés (alors même qu’il nous avait autorisé, par écrit, à suspendre le paiement des loyers en raison de la crise sanitaire et de notre obligation de fermeture…). A nouveau, alors que l’affaire était maintenant en cours d’instruction par le tribunal, le bailleur a essayé, en mars 2021 et toujours par huissier, de provoquer notre expulsion en prétextant que le Doggo n’avait pas d’assurance (nous avons toujours été assurés…). Il est plutôt inutile de commenter son comportement ne pensez-vous pas ?

Nous avons donc demandé à la Justice de reconnaître la faute du propriétaire et le non-respect de son obligation de délivrance.

Quoi qu’il en soit, que l’on nous donne raison ou tort, le contrat de location sera cassé…

Notre objectif est maintenant de gagner ce procès pour obtenir une indemnité suffisante pour espérer trouver de nouveaux locaux et créer un « Doggo 2 ».

Nous terminerons en saluant et remerciant nos salarié(e)s qui ont fourni un travail fantastique pendant ces presque 7 ans, tou(te)s les artistes qui sont venu(e)s faire vivre le lieu et, bien sûr et avant tout, vous tout(e)s qui nous avez suivi et soutenu pendant toutes ces années.

A bientôt

Laure et Jean-Michel